Lire ou ne pas lire. Telle est la question. Un roman ? Une nouvelle ? Quelle histoire sera votre prochaine aventure ? Suivez nos auteurs sur le chemin de l’imaginaire... Qui sont-ils ? Quels sont leurs environnements de travail ? Où puisent-ils leur inspiration ? Comment inventent-ils leurs personnages ? Poursuivez votre lecture...

mercredi 28 novembre 2012

Chantal D’Avignon - auteure



Mon nom est Chantal D’Avignon
Votre site web : Aucun
Vos éditeurs : Éditions de Mortagne et Guy Saint-Jean Éditeur

Où vos romans sont-ils vendus : 
Partout ! Toutes les librairies dont Archambault, Renaud-Bray. Ibookstore, Kobo, Amazon. 

Qui êtes-vous, en quelques lignes ? 
Qui suis-je ? C’est le titre de mon premier chapitre de Love zone ! Je me sens comme mon personnage principal. Je ne sais jamais quelle réponse donner ! Tout change tellement vite dans la vie !

D’où vous est venue l’envie d’écrire ? 
J’ai toujours aimé la lecture. Ce goût de la lecture me vient de ma mère qui était une passionnée de la littérature. C’est donc après un roman particulièrement captivant que j’ai eu l’idée d’écrire. 

Quel a été votre parcours ? J’ai obtenu un diplôme de Technique en Administration ; j’ai travaillé dans plusieurs grandes institutions financières ; puis, à l’aube de mes 40 ans, j’ai voulu faire des changements dans ma vie professionnelle, dont celui de passer de la lecture à l’écriture. 

Quels sont vos romans disponibles en librairies ? 

  • Love zone (littérature jeunesse) de la collection Tabou des Éditions de Mortagne
  • La pierre perdue de Mongolie (lectorat adulte) de la collection Adrénaline à Guy Saint-Jean Éditeur.

Lesquels avez-vous préféré écrire et pourquoi ? 
Les deux ! Je n’écris que sur des sujets qui me tiennent à cœur.

Où puisez-vous votre inspiration ? 
Ma fille avait l’âge du personnage de Love zone ! Et j’ai mis tous mes intérêts personnels dans le livre La pierre perdue de Mongolie. Vous aurez deviné que j’aime les voyages, l’insolite, le cinéma et les romances.

Décrivez-nous votre façon d’écrire, votre environnement de travail, votre horaire. 
J’ai écrit La pierre perdue de Mongolie dans mon sous-sol. Mais depuis, j’écris avec un portable, sur la table de la cuisine. Quand l’inspiration est au rendez-vous, j’écris !



Quels auteurs vous ont le plus influencé ? 
Diana Gabaldon. C’est après la lecture de Le chardon et le tartan que j’ai décidé de m’y mettre. 

Quels livres vous ont le plus marqué ?  
J’en ai plusieurs. Voici la liste de livres par catégorie :
Science fiction :
Un bonheur insoutenable d’Ira Levin; La trilogie du Seigneur des Anneaux de J. R. R. Tolkien, Dune de Frank Hebert, Fondation de Isaac Asimov, Hunger Games de Suzanne Collins

Horreur :
True Blood de Charlaine Hariss, Twilight de Stephenie Meyer.

Historique :
La série du Chardon et le Tartan de Diana Gabaldon et tous les livres de Jane Austen.

Amour :
Si c’était vrai et 7 jours pour l’éternité de Marc Lévy, N’oublie jamais (Notebook) de Nickolas Spark

Action :
La trilogie de Jason Bourne de Robert Ludlum


Avez-vous encore le temps de lire ? 
Quand j’écris, je ne lis pas. L’inverse est applicable.

Quel est le livre que vous lisez en ce moment ? 
Troisième humanité de Bernard Werber

Selon vous, que signifie « écriture poétique » dans un roman ? 
Je ne sais pas.

Auriez-vous envie de nous décrire votre première rencontre avec votre premier éditeur ? 
La première rencontre a été faite par téléphone. Ça m’a pris une dizaine d’années avant que La pierre perdue de Mongolie soit publiée. Alors, qu’avec Love zone, cela a pris que quelques semaines (environ 2 mois). Quelle fut ma surprise lorsque j’ai reçu ma réponse affirmative de mon éditrice par téléphone ! Ce fut direct et précis : nous acceptons de vous publier, pourrions-nous vous rencontrer ? Ma réponse fut tout aussi brève : oui !


Pour le plaisir...

Quels sont vos rituels d'écriture ? 
Je relis le paragraphe précédent. 

Qu’est-ce qui vous distrait le plus lorsque vous écrivez ? 
La télévision, le téléphone et les autres membres de ma famille. J’aime écrire quand je suis seule.

Avez-vous un projet de roman en cours ? 
Oui, mais je ne suis pas très productive en ce moment. Comme j’écris autant que j’efface, alors je fais des pauses. 

Qui sont vos premiers lecteurs avant publication ? 
Ma mère et deux de mes sœurs… et juste avant de me lancer auprès des éditeurs, j’ai pris les services d’une réviseure. 

Une citation qui vous a marquée ? 
«En apparence, la vie n’a aucun sens, et pourtant, il est impossible qu’il n’y en ait pas un!» Albert Einstein
Une citation que j’ai mise d’ailleurs dans mon livre La pierre perdue de Mongolie! 

Avez-vous reçu des remarques surprenantes de la part de lecteurs ? 
Les jeunes sont plutôt gênés et laconiques, mais ils m’ont fait une énorme surprise en votant pour moi en 2011. Love zone a obtenu la 3e place au palmarès choix des jeunes (12-17 ans) à Communication jeunesse.  Toutes les critiques me surprennent à propos de La Pierre perdue de Mongolie. J’avoue que celle faite par Evelyn Ferron de la Bible urbaine, une historienne spécialisée en histoire ancienne, doctorante en histoire de l’Égypte gréco-romaine, enseignante au collégial sur l’histoire et la méthodologie documentaire… m’a impressionnée ! Je cite : Nous sommes dès les premières pages fixés sur les personnages principaux et transportés dès lors dans l’aventure, qui se situe dans un décor exotique, désertique et rarement dépeint dans la littérature du genre au Québec. Là réside la force de ce roman: dans sa volonté de raconter une histoire située dans une région moins connue du grand public, et de la ponctuer constamment de détails scientifiques étroitement liés aux recherches paléontologiques actuelles. Le tout est bien vulgarisé pour le grand public et par conséquent facile à suivre.

Lorsque j’ai lu ça, je me suis dit : mission accomplie! Car ce roman m’a pris autant de temps pour la recherche que pour l’écriture. (http://labibleurbaine.com/wp/?p=6329 )

Quel serait votre mot d’encouragement pour un nouvel auteur ? 
Celui d’écrire quand le besoin se fait sentir. 

Merci infiniment de votre participation. Bonne continuité !